Contournement Est : Le communiqué de presse de « Gueule d’Atmosphère »

Contournement Est : Le communiqué de presse de « Gueule d’Atmosphère »

Contournement Est : Le communiqué de presse de « Gueule d’Atmosphère » appel à la raison

Si l’on peut comprendre qu’un certain nombre d’acteurs du monde économique s’essaient à relancer le projet autoroutier de Contournement Est de Rouen, chacun a aujourd’hui conscience que l’urgence n’est pas là.

Dans un contexte de mobilisation durable et résolue face au défi climatique – contexte en partie voilé par la crise de la Covid – l’association « Gueule d’Atmosphère » invite chacun.e à garder son sang froid et à contribuer à la définition de nouveaux objectifs adaptés à la situation.

Le rejet par le Conseil d’Etat des recours contre la déclaration d’intérêt public du projet de Contournement Est reflète à l’évidence un décalage persistant entre notre droit positif et le niveau de protection dont ont besoin nos territoires et notre planète. A nos décideurs – de tous bords – de faire preuve de clairvoyance.

Sans environnement, pas de vie économique

On ne peut plus opposer développement économique et protection environnementale. Sans biodiversité, pas de vie économique.

La compétition économique, qui recherche en permanence efficacité, facilités, débouchés, fluidité des échanges, doit désormais accepter de se plier à des règles du jeu qui la dépassent mais qui lui donneront sa juste place sans l’exclure.

Artificialisation des sols

On ne peut plus se permettre de supprimer des espaces naturels, de bétonner encore et encore. Or, le projet de Contournement, c’est au bas mot 450 ha de nature supprimée dont 150 de forêts.

Qui peut accepter cela aujourd’hui ?

« L’artificialisation des sols concernait 9,4 % du territoire métropolitain en 2015, contre 8,3 % en 2006, soit une augmentation correspondant à la superficie d’un département moyen comme la Seine-et-Marne »

Alice Colsaet, Iddri, citée par Le Monde, 13 mars 2019, L’artificialisation des sols progresse, Rémi Barroux

Protection du climat

Arrêtons de nous voiler la face. Tous les grands scientifiques nous alertent depuis plus de 30 ans : les nouvelles technologies ne suffiront pas à sauver notre climat. Il nous faut parallèlement aller vers la sobriété. Demain nous roulerons moins et mieux. Dans ces conditions, bâtir des autoroutes, c’est aller à contre-sens.

Les véhicules électriques, s’ils apporteront un mieux en termes de qualité de l’air, ne seront pas la panacée. Le cycle de vie complet d’un véhicule électrique est encore très émetteur de ges (gaz à effet de s.). Pour les voitures individuelles, les camions, le cap c’est la sobriété et l’efficacité (rationalité : sortir de l’auto-solisme avec le taxi-collectif, le co-voiturage, les ZFE* ; pour les camions : des camions pleins, des plateformes du dernier kilomètre…).

*ZFE : zone à faible émission.

En attendant, on estime que le projet de Contournement entraînerait une augmentation annuelle de 50 000 tonnes de CO2*…

*cf. décision du Conseil d’Etat

Des moyens & des projets pour relever le défi climatique

Nous ne pouvons pas nous priver de sommes considérables pour diminuer nos émissions de gaz à effet de serre et nous adapter au dérèglement climatique. Région : 157 M€, la Métropole rouennaise : 66 M€, la Seine Maritime : 22 M€, sans compter l’Etat qui décomptera forcément cette somme – 245 M€ ! – d’autres projets.

« Gueule d’Atmosphère » invite aux développements de projets pertinents tels que :

> le développement massif de l’isolation des bâtiments et des moyens de chauffage, qui fera travailler nos entreprises du bâtiment.

> le TC3 : taxi collectif 3.0 / un projet ambitieux de ré-organisation des déplacements des particuliers (cf. site de l’association).

> la pratique du vélo en particulier en zone urbaine, ce qui nécessite le développement d’infrastructures et d’une culture du partage de la rue*.

> le développement et l’amélioration du réseau ferroviaire (métro & tram inclus).

> le développement de l’attractivité du transport fluvial (là il y des millions à investir).

> la conversion accompagnée de l’agriculture normande vers un modèle respectueux des hommes, des animaux et des terres.

> l’éducation à la consommation, vers une alimentation plus riche en protéines végétales et moins riche en protéines animales.

> poursuivre le développement des ressourceries et des modèles de consommation alternatives.

> etc

*Cf. Association « Rue de l’avenir »


Contacts :

Etienne Levallois, responsable légal, coordinateur

06.38.46.20.11. / elevallois@sfr.fr

Tanguy Levannier, communication, webmaster

06.79.34.50.51. / levanniertanguy@gmail.com

Patricia Peigné, web-secrétaire

06.46.62.82.63. / philetpatbrest@hotmail.fr

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *